Eco quartier – Montplaisir : une révision de la commercialisation

Habitat, éco quartier, Val de Garonne Agglomération
Habitat, éco quartier, Val de Garonne Agglomération

Se procurer d’un environnement sain et agréable pour s’installer est devenu de plus en plus tendance en ce moment. Il s’agit surtout de disposer d’un habitat écologique. C’est dans cette même optique que VGA a mis en place le projet éco quartier « Montplaisir » à Sainte-Balèze depuis 2015. Aujourd’hui, la commercialisation des logements économiques est en baisse. D’ailleurs, il existe quelques facteurs qui bloquent la vente notamment au niveau du prix, puis vis-à-vis du règlement de construction selon Jean-Guiraud, vice-président à l’habitat de VGA. Une révision de certains éléments est donc indispensable pour la relance.

Les causes de la baisse de la commercialisation de l’éco quartier « Montplaisir »

L’adoption de maison avec une excellente performance énergétique et écologique demeure la priorité des français afin de réduire au minimum les dépenses en chauffage et électricité. En effet, Val de Garonne Agglomération a lancé ce projet au profit de tous à Sainte-Balèze. La mise en place de l’éco quartier « Montplaisir » repose sur le principe de construire des logements économes en énergie tout en se focalisant sur une intégration paysagère.

Mais, dès l’ouverture de la commercialisation, les responsables à l’habitat de VGA ont constaté un mauvais résultat de leur vente. Avec un prix plus élevé que celui du marché ainsi que  le règlement pour la construction constituaient d’énorme blocage selon Jean-Guiraud. Depuis 2015, la commercialisation s’est stagnée.

Quelques initiatives de VGA pour la relance de la commercialisation

Sans aucune surprise ! Les décideurs de VGA n’ont pas eu le choix. Ils ont été dans l’obligation de baisser leur prix de commercialisation pour concurrencer le prix sur le marché, soit une diminution atteignant jusqu’à 20 euros par mètre carré. Entre autres, les règlements de construction ont été également révisés. Il est désormais possible de récupérer les eaux pluviales collectivement. Par ailleurs, une vingtaine d’appartements trouveront preneurs vers la fin de cette année. C’est le bailleur social Habitalys qui prendra en main ce projet.

NOS NOTES ...
Notes
PARTAGER