Une nouvelle organisation pour Bourg Habitat

organisation habitat
habitat

Accordé, à partir de 1er janvier, à la communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse, qui contient 75 communes et 130 000 habitants, Bourg Habitat veut se positionner comme « l’interlocuteur incontournable des politiques de l’habitat, un outil adapté aux attentes du territoire et des différents élus du conseil communautaire, un acteur reconnu à même de répondre aux enjeux de la nouvelle agglomération et sa population ». Pour cela, le bailleur social, muni d’un nouveau conseil d’administration de 23 membres à partir de 12 avril, compte recentrer son activité vers le « client-locataire ».

Quatre directions installées pour harmoniser le secteur de l’habitat

Une nouvelle organisation interne s’installe « autour de conceptions fortes (culture cliente, transversalité, adaptabilité et cohésion), en rapport avec les valeurs de Bourg Habitat, respect, professionnalisme et proximité ».

Elle planifie la mise en place d’ici l’été, de quatre directions. À la direction financière et informatique et à la direction du développement et du patrimoine, complète une direction des ressources (RH, communication, agences, juridique…) et une direction de la clientèle et de la proximité, chargée particulièrement des allocations de logement et du recouvrement des loyers arriérés. En plus, les appels, jusqu’alors distribués sur certains endroits, vont être axés sur un seul, avec pour but d’annoncer une réponse au premier contact, dans 70 % des cas.

Une année charnière pour Bourg Habitat

En 2017, les bailleurs sociaux doivent mener auprès de leurs locataires, des enquêtes de satisfaction dont les résultats seront publiés à la rentrée. Pour Bourg Habitat, cette année sera aussi le moment de préparer son projet stratégique pour les 20 prochaines années. L’organisme logeur s’établira pour cela une étude de son patrimoine, en termes d’attractivité, d’équilibre sur le marché, de risque techniques et financiers, de même que d’enjeux d’accessibilité, de vieillissement, ou ainsi de transition énergétique. Ce plan stratégique de patrimoine (PSP) lui permettra de déterminer ses axes de gestion et d’entretien, mais ainsi les financements à réaliser. Il s’appuiera enfin sur les travaux d’élaboration, d’ici au 1er janvier 2018, de la convention d’utilité social (CUS). Ce cadre contractuel associant l’État et les organismes de logement social détaille les investissements et objectifs des six prochaines années. Il fait l’objet d’une estimation périodique sur la base d’éléments chiffrés.

NOS NOTES ...
Notes
PARTAGER